Le forum de http://science-de-la-deduction.jimdo.com, consacré à Sherlock Holmes, le plus grand des détectives !
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Elémentaire, mon cher... LOCK Holmes – Without a clue

Aller en bas 
AuteurMessage
belette2911

avatar

Messages : 130
Date d'inscription : 29/03/2013
Localisation : 221b - Baker Street

MessageSujet: Elémentaire, mon cher... LOCK Holmes – Without a clue    Mar 2 Avr - 18:21

Titre : Elémentaire, mon cher... LOCK Holmes – Without a clue (Sans un indice)

Date de sortie : 1989

Réalisateur : Thom Eberhardt

Durée : 1h 45min

Synopsis :
Pour ne pas briser son image de médecin, le docteur Watson, fin limier, a invente un détective mythique, Sherlock Holmes, a qui il attribue ses propres talents. Sa création devient si célèbre qu'il est oblige de lui donner vie. Il demande à Reginald Kincaid, petit acteur de tragédie, d'incarner son personnage. Las ! Kincaid se révèle être un alcoolique, un joueur, un grand amateur de dames et un nigaud.

Ce dernier, ulcéré par la suffisance et l'incompétence notoire de son acolyte, a décidé de continuer seul sa lutte contre le crime et récupérer ainsi la part de gloire qui devrait lui revenir depuis tant d'années... Et il le vire ! C'est alors que Lord Smithwick, au service de la reine, leurré par les succès de Sherlock Holmes, fait appel à ses services...

Distribution :
Sherlock Holmes : Michael Caine
John Watson : Ben Kingsley
Professeur Mortimer Moriarty : Paul Freeman
Inspecteur Lestrade : Jeffrey Jones


Avis : Une bonne parodie !

Ah, quel plaisir de revoir ce film presque vingt ans après... Oui, la première fois que je l’avais vu, c’était à la télévision, dans les années 90. Le titre et surtout le résumé m’avaient intriguée et j’avais décidé de le regarder, pas très rassurée, je l’avoue. Quoi ? On osait se moquer de mon détective préféré ? De sceptique notoire, je suis passée à conquise ! Vingt ans après, je le suis toujours.

Bon, le film est à prendre au second degré et il faut savoir se moquer de sa passion pour le détective de Baker Street. Jamais je n’aurais pensé, en le voyant la première fois, que ce film me ferait sourire de manière jubilatoire durant toute sa durée.

Le trait de génie du réalisateur, c’est d’avoir changé les rôles ! Il fallait penser à tourner une parodie avec un Watson obligé d’engager un cabotin pour personnifier un détective de son invention (Holmes).

Le docteur Watson est interprété par un Ben Kingsley magnifique, intelligent, loin d’un Nigel Bruce... Et Holmes, en crétin patenté, cela valait le coup de voir ça une fois dans sa vie. Michael Caine le réussit avec brio, jouant les crétins d’une manière si naturelle que cela passe comme une lettre à la poste. Holmes qui court après les femmes, les regarde se déshabiller par le trou de la serrure, fallait oser !

Les premières images du film nous entraînent sur une parodie de la nouvelle La Ligue des rouquins d'Arthur Conan Doyle. Holmes/Kincaid déclame son texte et tout le monde s’y laisse prendre, moi y comprise, la première fois. Ensuite, il se fait tirer les oreilles par Watson parce qu’il est sorti de son texte une fois de trop. Tout au long du film, les références aux nouvelles de Sherlock Holmes seront abondantes.

Le film tournera ensuite autour de la disparition d'un imprimeur de la monnaie royale Britannique. Notre pauvre Watson sera bien obligé d’aller rechercher Holmes/Kincaid puisque personne ne veut traiter avec lui. Le voilà prisonnier de sa chose. Lui qui s’en était débarrassée !

Une scène m’a interpellée : à un moment, Holmes/Kincaid joue avec les éprouvettes de Watson et évidemment, cela explose. Quand Watson arrive dans le salon, tout est brûlé, fichu... Dans le fauteuil, nous découvrons Holmes en train de lire le journal, planqué derrière ce morceau de papier. C’est quand il l’abaisse pour nous faire découvrir son visage rendu noir à cause de l’explosion que la scène m’a fait penser à celle où Watson/Jude Law abaisse son journal dans le premier opus de Ritchie. Bon, Jude Law n’avait pas le visage noir, mais la scène si semblable m’a fait sourire. Clin d’oeil de Ritchie ou pur hasard ?

Mention spéciale à Wiggins, le gamin qui aide Watson et qui donnera un sérieux coup de main à Holmes/Kincaid quand Watson aura disparu de la circulation. Moriarty est bien entendu de la partie ! A la différence qu’il en a après Watson...

En conclusion, le film est très plaisant à voir ou à revoir. Je le conseille vivement, même si les bonus sont quasi inexistants et que je ne savais pas le regarder en V.O. sous-titré français.

Le titre, traduit en français, a changé. Au lieu de « sans indice », ils nous ont sorti « Elémentaire, mon cher... Lock Holmes ». Je suppose qu’ils ont voulu s’amuser avec le fameux et anti-canonique « Elémentaire, mon cher Watson » en jouant sur la prononciation du prénom « Sherlock », le transformant ainsi pour l’adapter au film, puisque c’est Holmes qui doit recevoir les éclairages de Watson.

Le film gardera une saveur particulière pour moi, l’ayant regardé la première fois (années 90, donc) chez ma grand-mère (pour le voir au calme, ma grand-mère ne parlant pas beaucoup durant les films), non loin du poêle à charbon qui me chauffait la couenne. Une vraie madeleine de Proust, ce film !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-cannibal-lecteur.jimdo.com/
 
Elémentaire, mon cher... LOCK Holmes – Without a clue
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Empêcher un train de partir en marche arrière
» Je cherche pour une amie, un Divan pas cher (vendre ou donner) et aussi, une mini-laveuse portative !
» carte supplémentaire Tenerife sur nuvi 255
» Je viens de perdre un être cher.....
» Un Garmin pas cher

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Ten Bells Pub :: Sherlock Holmes films-
Sauter vers: